La MIS dévoile la deuxième cohorte de son Incubateur civique

Dix nouveaux projets citoyens à impact social et environnemental seront incubés dans la région métropolitaine de Montréal.

Montréal, le 1er octobre 2019 – La Maison de l’innovation sociale (MIS) dévoile aujourd’hui les dix projets à impact social et environnemental qui ont été sélectionnés dans le cadre d’un appel à projets pour intégrer la deuxième cohorte de son Incubateur civique. Les équipes lauréates, composées de deux porteurs par projet, profiteront d’un parcours d’accompagnement stimulant et rigoureux de près de quatre mois, à raison de quelque sept heures par semaine, pour développer leur projet d’un stade précoce de développement à un niveau de maturité tel qu’ils puissent passer à l’étape du déploiement. En sus de profiter gratuitement d’un parcours d’accompagnement d’une valeur de 10 000 $, chacun des 20 participants recevra une bourse de 1000 $ pour favoriser leur accessibilité et leur participation au programme.

Le processus de sélection de cette cohorte comportait trois phases clés, dont une sélection par un jury composé de représentants issus des secteurs public, universitaire, entrepreneurial, communautaire et philanthropique. Dix projets ont été retenus d’un bassin initial de 54 projets portés par plus d’une centaine d’acteurs de changement. « Le choix n’a pas été facile! Je suis encore éblouie par autant de projets de qualité proposés par des citoyens, des collectifs ou des représentants d’OBNL qui souhaitent réellement s’investir pour développer et faire mûrir leur idée par force de conviction et d’engagement civique. Tant d’idées innovantes, de volonté et de détermination me confirment que ce programme répond à une demande bien présente à Montréal » a déclaré Nadine Raymond, Directrice principale Innovation & Développement au YMCA Québec, et membre du jury de la sélection de la cohorte 2019-2020.

Les projets lauréats de cette toute nouvelle cohorte portent sur différents enjeux inhérents à la transformation des milieux de vie urbains. Certains s’inscrivent tantôt dans une volonté de faciliter et de maintenir l’accès à des logements abordables, tantôt pour une plus grande mobilité durable dans des quartiers enclavés. D’autres encore misent sur l’inclusion d’artistes vivant avec un handicap dans l’industrie culturelle ou sur l’innovation réglementaire municipale pour favoriser les initiatives citoyennes en matière de développement durable. On compte aussi des projets qui portent sur la transition socioécologique en périphérie de Montréal ; sur la reconversion d’un stationnement à étages en espace citoyen ; sur une labellisation visant à valoriser le développement d’espaces urbains sains pour la santé et le bien-être des usagers ; sur la réduction de l’usage unique de plastique dans le milieu de la restauration ; ou encore sur la création d’une série de baladodiffusions pour favoriser le dialogue entre les communautés qui subissent un effet d’embourgeoisement et celles qui y contribuent. 

Voilà autant de projets qui proposent des solutions innovantes et intelligentes pour répondre à des problématiques systémiques vécues en milieux urbains, et qui méritent, selon Patrick Dubé, codirecteur général de la MIS, qu’on s’y attarde. « La quantité et la diversité des propositions reçues dans le cadre de cette deuxième édition de l’Incubateur civique témoignent de la pertinence d’offrir un espace aux citoyens pour soutenir leurs idées et leurs projets dans leur phase d’amorçage, et du bien-fondé de ce programme comme véhicule opportun pour soutenir activement la R et D sociale à l’échelle civique », précise-t-il. En intervenant très tôt dans le parcours d’un projet à impact social et environnemental et dans le cheminement d’un acteur de changement, la MIS s’inscrit dans une nouvelle niche qui favorise l’émergence d’innovations sociales et leur résilience. 

Violaine Des Rosiers, codirectrice générale de la MIS rajoute : « On veut aider ces porteurs à traverser les premiers ponts si fragiles de leur parcours pour que leurs projets puissent aboutir et accéder notamment aux services d’accélération et de mise à l’échelle offerts par les autres acteurs de l’écosystème québécois. L’Incubateur civique représente en quelque sorte un atout pour les fondations, les investisseurs d’impact et les autres partenaires de soutien, qui voient dans ce programme une façon de dérisquer en amont les projets qui les interpellent. »

Tout comme la première édition de l’Incubateur civique qui a contribué à l’émergence de divers projets et initiatives, cette deuxième édition bénéficie d’une contribution financière du Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) et de l’expertise de nombreux partenaires de la MIS, dont Innoweave, Studio Wé, et ENAP.

À propos de la MIS

Organisme à but non lucratif, la MIS est une force vive et un levier déterminant dans l’émergence et le développement de projets à fort impact social positif en milieu urbain, auprès de collectifs citoyens, d’organisations gouvernementales, d’universités et du milieu entrepreneurial. Œuvrant à l’échelle québécoise, elle accompagne des leaders de projets de société sur le plan du développement social et environnemental. Elle intervient principalement dans la phase initiale de leur parcours, dans une approche d’évaluation et de réduction des risques et de maximisation d’impact. La MIS agit en complémentarité aux autres acteurs de l’écosystème en innovation sociale et contribue à fédérer leurs multiples expertises autour de projets porteurs. 

Financée principalement par la Fondation Mirella & Lino Saputo et la Fondation McConnell, elle peut compter sur l’appui de ses partenaires comme Esplanade, HEC Montréal, l’Université Concordia et le CIRODD (Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable), ainsi que sur de nombreux partenaires d’affaires.