Découvrez les projets de la cohorte de l'hiver 2021 de l'Incubateur civique

L’Incubateur civique est un programme de la MIS qui vise à prototyper et à faire mûrir des idées de projets à impact social et environnemental, imaginés par des citoyens ou des collectifs engagés.

 

Sélectionnés dans le cadre d’un appel à projets, les lauréats et lauréates s’engagent dans un parcours d’accompagnement gratuit à la MIS pour développer leur projet d’un stade précoce de développement à un niveau de maturité tel qu’ils puissent passer à l’étape du déploiement et du financement.

 

La MIS accueille présentement sa troisième cohorte qui porte sur le thème « De la résilience en contexte de pandémie à la transition sociale et écologique ».

De la résilience
en contexte de
pandémie à la
transition sociale
et écologique

Incubateur civique de la Maison de l'innovation sociale

Les projets lauréats de l’hiver 2021

Ensemble

Alexandre Landry

Parce qu’il est de plus en plus difficile de se loger à Montréal à un prix raisonnable, une partie de la population fait le choix d’emménager vers des quartiers moins centraux, accentuant l’étalement urbain et ses répercussions mesurables sur la santé des gens, des villes et de la planète. S’adressant à l’enjeu de l’étalement urbain, le projet Ensemble explore des scénarios de densification urbaine solidaire.

Cellule climatique

Astrid Arumae, Julie Segal

Cellule climatique est un projet communautaire à Outremont, un arrondissement où l’engagement dans l’action climatique demeure encore faible. Or, la solidarité qui a émergé autour de l’impact de la Covid-19 présente une occasion à saisir selon les porteuses de ce projet pour transposer cette mobilisation vers les enjeux de la transition socioécologique. En implantant Cellule climatique à Outremont, ses fondatrices construisent un laboratoire d’idées composé des membres de leur équipe, d’élus de l’arrondissement, de représentants d’organismes partenaires et de membres de la communauté afin de proposer et d’incuber des initiatives en faveur de l’environnement et de la transition écologique menées par les résidents et résidentes du quartier.

Hortum Meum

Cécile Martin, Mathieu Tosolini

Hortum Meum, qui signifie mon jardin en latin, propose de créer un réseau de coopératives de solidarité permettant la transition « d’un système alimentaire de consommateurs à un système de citoyens-producteurs », construit autour de jardins mobiles. Ce projet de société inclusive cherche à mettre en place une nouvelle infrastructure économique égalitaire en offrant des légumes de qualité abordables et en valorisant la diversité biologique ainsi que les goûts, les savoirs et les cultures.

Empreinte inégalités

Raja Abid, Lorène Cristini

L’Observatoire québécois des inégalités observe une évolution marquée de l’exclusion sociale et de la précarité en raison de la pandémie 2020. Par ailleurs, la population est de plus en plus critique des externalités négatives des entreprises. Or, ces critiques se cristallisent surtout derrière la question de l’empreinte carbone. L’« empreinte des inégalités » telle que proposée par les porteuses de ce projet a comme objectif d’inciter les organisations à adresser l’éventail des externalités négatives qu’elles engendrent en créant un comparable à l’empreinte carbone, mais axé cette fois sur les inégalités. Le projet vise ainsi à soutenir les entreprises à mieux comprendre leur empreinte en la matière et à les accompagner dans l’implantation pérenne des meilleures pratiques pour œuvrer à la réduction des inégalités.

Chambre de commerce neuroinclusive

Émilie Vion, Cindy Lamontagne

Malgré les nombreuses initiatives montréalaises qui prônent la diversité en gouvernance ou au sein des entreprises, la définition de diversité actuellement reconnue et utilisée au Québec est incomplète car elle n’inclut pas la notion de neurodivergence. Ce projet adresse cet enjeu en proposant la création d’une chambre de commerce neuroinclusive, qui portera ces voix dans le milieu des affaires et en vulgarisant la neurodiversité et la neuroinclusion dans les entreprises.

Mon bras droit éduc

Sergeline Isidore, Sonia Detournay

Mon bras droit éduc s’adresse aux étudiants et étudiantes en situation de handicap qui ne disposent pas d’un accès direct aux accompagnateurs et accompagnatrices académiques dont cette clientèle a besoin et à laquelle elle a droit, sur des services tels que la lecture, la prise de notes, du soutien académique et de l’accompagnement physique. En développant une plateforme destinée à mettre en relation une personne vivant avec un handicap avec des personnes accompagnatrices, à rassembler des ressources et à partager la création d’outils adaptés visant à amenuiser les obstacles, le projet cherche à combler les lacunes du système afin d’augmenter le nombre de personnes diplômées de l’université, l’insertion professionnelle et la participation sociale des étudiants et étudiantes en situation de handicap.

The Youth Green House

Elijah Olise, Simone Chen

The Youth Green House est un espace communautaire imaginé pour les jeunes quittant le système de placement familial à leur majorité. En effet, devenus légalement des adultes, ils ne bénéficient plus des services de la Direction de la protection de la jeunesse et se retrouvent fréquemment sans soutien et avec peu de ressources. Les difficultés sont encore plus marquées chez les jeunes adultes racisés. Grâce à ce projet, ces jeunes disposeront d’un lieu sécuritaire se voulant être un logement décent et abordable, favorisant la vie en communauté autour de laquelle se développeront des activités éducatives.

Préserve

Alice David, Alessandro Labeque

Au Canada, 58 % de la nourriture est jetée tout au long de la chaîne bioalimentaire, de la fourche à la fourchette, pour un total annuel de 35,5 millions de tonnes. Afin de contribuer à réduire ce gâchis, Préserve souhaite sensibiliser les institutions, commerces et industries, qui représentent 13% du gaspillage alimentaire évitable, en mesurant les aliments jetés puis en accompagnant les parties prenantes à l’élaboration et l’application de solutions concrètes.

HYF Forêts Urbaines

Yoann Dhion, Grégory Dhion

L’enjeu adressé par HYF Forêts Urbaines est la lutte aux changements climatiques, aux îlots de chaleur et à la perte de biodiversité à travers la plantation de microforêts à croissance rapide en milieux urbains. La solution proposée est la méthode du botaniste japonais Akira Miyawaki qui consiste à planter, sur des espaces aussi petits que 100m² (soit l’équivalent de 6 places de stationnement), de nombreuses essences d’arbres, arbustes et buissons d’essences indigènes, pour une occupation optimale de l’espace vertical et un plus grand stockage de carbone. Testée à petite échelle avec succès dans différents pays du monde, cette méthode reste à développer au Canada.

Pour que l'art mad, handicapé et Sourd soit compris, diffusé et découvrable

Charlotte Jacob-Maguire, Maxime D.-Pomerleau

Les artistes vivant avec une maladie mentale, handicapés et Sourds sont encore méconnus à Montréal, et plus généralement au Québec, et de fait gagnent moins bien leurs vies. Avec la volonté de lutter contre le capacitisme, ce projet propose de développer la mise en réseau et la concertation d’acteurs et d’actrices des milieux culturels montréalais. Grâce à l’appui pérenne de financements et à un système de référencement, l’objectif est de contribuer à normaliser ces arts et ces artistes dans la pratique et plus largement dans la société.

(Art mad dans le Glossaire du Conseil des arts du Canada)

Merci aux partenaires financiers de la cohorte de l'hiver 2021 de l'Incubateur civique

Découvrez les projets de la cohorte de l’automne 2020 de l’Incubateur civique

Voir la cohorte Automne 2020

Dernières actualités - Incubateur civique