Pôle communautaire et de santé sociale à Montréal-Nord

Le projet du Pôle communautaire et de santé sociale crée des ponts entre les organisations publiques, parapubliques et communautaires au profit de la santé globale de la population dans le secteur ouest de l’arrondissement de Montréal-Nord.

Pourquoi un projet de Pôle communautaire et de santé sociale ?

Ce projet réunit différents organismes et secteurs d’activités de l’arrondissement de Montréal-Nord qui souhaitent, malgré la richesse du tissu communautaire et des services à la population à l’échelle globale du quartier, répondre à certaines difficultés éprouvées sur le terrain en matière de bien-être physique, psychologique et social des résidentes et résidents du secteur ouest de Montréal-Nord. En effet, un certain déficit en matière de services communautaires et institutionnels a été documenté et validé par l’ensemble des partenaires et c’est autour de ce constat que le Pôle s’est d’abord mobilisé.

Plutôt qu’ouvrir plusieurs cliniques spécialisées chacune dans un champ de compétences, l’idée de faire autrement — et en commun — est portée par les partenaires du projet. Leur souhait est de dépasser leurs limites d’actions propres à chacun, d’optimiser leurs façons de travailler dans une approche plus holistique et de cocréer en ralliant leurs forces respectives et en répondant le plus adéquatement possible à la réalité du terrain. En effet, les partenaires reconnaissent que les symptômes d’un problème de santé s’expliquent souvent par des raisons sous-jacentes, souvent multiples, et difficilement accessibles.

Plus particulièrement, les membres du Pôle cherchent à cocréer une offre de services intégrés qui permettra de rejoindre les populations dites « fantômes », c’est-à-dire des clientèles qui ne se prévalent pas des services parce que l’offre n’est pas adaptée à leurs besoins ou en raison d’obstacles liés à l’accès aux services comme la langue, la culture, l’absence de liens sociaux ou autres.

Photo d'un atelier du Pôle communautaire et de santé sociale de Montréal-Nord, programme innovateurs sociaux en résidence de la MIS

Prenons par exemple le cas d’une famille avec jeunes enfants qui ne se prévaut pas des services en santé du quartier. Une fois les raisons clairement identifiées et documentées expliquant la déconnexion entre cette famille et l’offre en vigueur, la démarche préconisée par le Pôle verrait à faire émerger des solutions à fort potentiel d’impact avec toutes les personnes concernées par la problématique, en explorant notamment les points de contact les plus pertinents et déterminants et les formes à envisager pour renouer cette clientèle avec les services qui sont le plus utiles à sa santé globale.

L’innovation sociale, la place de l’usager et la R et D sociale

Accompagnée par la Maison de l’innovation sociale grâce à son programme d’Innovatrices et d’Innovateurs sociaux en résidence, l’équipe multidisciplinaire du Pôle s’aventure donc dans une démarche d’innovation sociale pour définir et réaliser le projet qui répondra à cette problématique complexe. Plusieurs étapes se dessinent :

  • _ La première étape a été de projeter et de fédérer les partenaires autour d’une vision commune du projet, ses valeurs, l’impact souhaité à plus long terme, et les connexions possibles entre partenaires sur des services rêvés que pourrait incarner le Pôle.
  • _ Développer des manières de travailler et de cocréer puisque de nombreuses organisations (publiques, parapubliques et communautaires) font ici le choix de rallier leurs forces.
  • _ Déployer des stratégies et des outils pour clarifier les besoins; comprendre plus en profondeur la réalité du terrain et les besoins et désirs des clientèles dites « fantômes » et clarifier l’impact social visé.
  • _ Passer à l’étape du design de service pour définir concrètement le projet et proposer différents scénarios de services qui seront prototypés et testés par les personnes concernées en conditions réelles.

Pour cela, de nombreuses questions se présentent :

_ Tout d’abord, qui sont ces personnes qui ne se prévalent pas des services offerts dans la communauté ? Où et comment vivent-elles ? Pourquoi ne sont-elles pas référées aux différentes ressources ?

_ Ou encore, quels sont leurs besoins au quotidien ? Comment y répondent-elles ? Pourquoi les services de santé institutionnels ne correspondent-ils pas à leurs réalités ou désirs ? Quels sont les freins qui les empêchent de s’en prévaloir ?

Les prochaines étapes du projet

La Maison de l’innovation sociale, dans le cadre de ses travaux de R et D sociale, a développé de nombreux outils d’accompagnement pour faire cheminer les équipes dans la phase d’amorçage de leur projet.

Dans le cas présent, l’approche d’une résidence territoriale sera privilégiée afin de permettre aux partenaires de s’imprégner du terrain et d’avoir une compréhension très concrète des besoins, des freins et des aspirations des personnes concernées. Plus précisément, les partenaires occuperont de façon temporaire un espace au cœur du territoire cible et pourront solliciter les clientèles cibles à même leur milieu de vie.

La MIS met à disposition des partenaires des outils préparés à partir de différentes méthodes d’observation et d’entretien, comme le shadowing qui consiste à suivre les personnes concernées dans leur quotidien à titre d’observateur ou d’observatrice ; ou encore des réunions créatives qui se déclinent en différents types d’ateliers en petits groupes et font émerger les anecdotes et les récits qui soulèvent des enjeux ou permettent d’identifier les leaders des communautés. Ces outils, déployés sur le terrain (physiquement ou à distance) par les partenaires du projet, contribuent aussi à rapprocher les organismes des clientèles et à intégrer les personnes concernées par les services dans la création du projet.

Les partenaires mobilisés autour du Pôle communautaire et de santé sociale de Montréal-Nord

Nos autres projets