Économiste de formation, Ghyslain débute sa carrière dans le secteur culturel, avant de passer au privé dans le secteur du divertissement. Il y occupe plusieurs postes en direction de projets, comme directeur général et comme consultant stratégique, à Paris comme à Montréal. Il se joint ensuite à la Société des arts technologiques (SAT) à la direction administrative et à titre de codirecteur général. Après 12 ans à la SAT, il s’engage avec enthousiasme dans le projet de la MIS, impatient de contribuer à la mise en œuvre de cette jeune OBNL. Soucieux d’arrimer les ambitions de l’équipe avec les ressources humaines et financières à la disposition de l’organisation, ses collègues le reconnaissent comme étant «L’homme qui dit non avant de dire peut-être !» Néanmoins, sa capacité à mobiliser les acteurs du privé et du public autour de projets enlevants est incontestable et son agilité à faire beaucoup avec peu contribue à la vitalité de la MIS.
Un défi ? « Repérer les ressources tant financières qu’humaines les plus opportunes pour soutenir le développement d’acteurs en innovation sociale sur tout le territoire québécois. »